Une cimenterie Lafarge ciblée par des activistes écologistes près de Marseille

Dernière étape intéressante des militants du climat, la cimenterie du groupe “pollueur” Lafarge, près de Marseille, a été la cible samedi 10 décembre d’un groupe de plusieurs militants qui y ont causé de gros dégâts, selon les informations de Provence que l’Agence France-Presse (AFP) a confirmé dimanche.

L’action a été menée samedi après-midi contre l’usine de La Malle à Bouc-Bel-Air (Bouches-du-Rhône), a indiqué à l’AFP Loïc Leuliette, directeur de la communication de Lafarge. France. Le parquet d’Aix-en-Provence a indiqué à l’AFP avoir traité l’affaire samedi soir et a ouvert une enquête ouverte, confiée à la gendarmerie.

“lavis vert”

Dans la vidéo de cette opération, postée sur plusieurs sites internet, on voit plusieurs personnes portant des cagoules blanches marchant le long du chemin. Sur d’autres plans, des militants portant la même combinaison attaquent la caméra de surveillance à coups de marteaux, de tuyaux avec des couteaux. On voit aussi ce qui semble être un début d’incendie dans un camion ainsi que des graffitis « Qui sont les dindes La Farge ? sauter par-dessus le mur.

Lire Aussi :  Prime covoiturage, gratuité des préservatifs, Smic… Ce qui change au 1er janvier 2023

Le texte méconnaissable accompagnant cette vidéo exige une action contre “pollueur de ciment” notant qu’il a été exécuté par “200 personnes” OMS “a surpris et désarmé l’usine Lafarge de la Malle à Bouc-Bel-Air”.

Lire aussi : L’article est réservé à nos clients En Loire-Atlantique, le conflit des mines de sable ne s’arrête pas

L’entreprise a porté plainte, a indiqué M. Leuliette, maudissant “un acte d’une incroyable cruauté”qui a causé “gros dégâts” et gauche “Le personnel est très choqué”même s’il n’y avait pas de lutte physique. “Les frontières ont vraiment été franchies”a-t-il accusé, alors que des zones concrètes ont déjà été la cible de travaux de militants ou de blocages par le passé, notamment en juin 2021 et la Rébellion Extinction.

Lafarge “Faire tout son possible pour recommencer au plus vite” un site qui emploie au total 200 personnes, a ajouté M. Leuliette, disant que “Cette usine est la plus élevée en termes d’élimination de carbone, après un investissement de plusieurs millions d’euros”.

“Les fours ciblés, alimentés depuis si longtemps par les déchets industriels et les pneus, sont aujourd’hui un symbole du green washing”, il répond au texte contraire de la revendication. Au téléphone, une personne qui se décrit comme “l’un des militants qui étaient là sur place” a déclaré à l’AFP que l’action avait été menée par “des gens qui s’organisent et viennent de partout”. “La violence vient avant tout de ces entreprises qui investissent des milliards pour continuer à produire en polluant. Nous considérons qu’il n’y a plus d’option, la seule réponse possible aujourd’hui est de se faire entendre”a ajouté cet interlocuteur.

Lire Aussi :  le niveau de risque réévalué à "élevé" en France, les volailles confinées

“Accord de décarbonation”

Des militants ont également rappelé l’interpellation de Lafarge – qui a plaidé coupable et accepté de payer 778 millions de dollars aux Etats-Unis – pour le lien jusqu’en 2014 de sa filiale en Syrie avec des groupes terroristes, dont l’Etat islamique (EI).

Lire aussi : L’article est réservé à nos clients Financement du terrorisme : Lafarge paie pour arrêter les poursuites aux États-Unis

L’industrie de la construction, au sens large, est l’un des plus gros émetteurs de gaz à effet de serre, responsable du réchauffement climatique. En France, il représente 20 % de cette production, contre environ 30 % pour le transport.

Lire Aussi :  Coupe de France : Lannion-TFC et Monaco-RAF en 32es !

Les militants du climat ont ajouté des mesures impressionnantes ces derniers mois, notamment des œuvres d’art de renommée mondiale dans divers musées. En France, ils ont également interrompu les demi-finales du tournoi de tennis de Roland-Garros ou du Tour de France cycliste.

Le ministre de l’Industrie Roland Lescure a rappelé sur Twitter que l’usine de La Malle en faisait partie “une cinquantaine de zones prioritaires seront décarbonées”dont les patrons ont été reçus en novembre par Emmanuel Macron pour leur donner un “accord de décarbonation”. “Je préférerai toujours l’action concrète à l’action violente”il a écrit. “Je condamne toujours ceux qui, au nom de l’écologie, font de la violence le seul signe de leur lutte”a écrit sur Twitter son collègue de la transition écologique Christophe Béchu.

Monde et AFP

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button