Miss France : de jeunes apprentis épuisés à la tâche pour confectionner les costumes du concours de beauté

important
Des élèves du lycée de mode et métiers Octave-Feuillet à Paris ont été invités à concevoir cinq robes portées par plusieurs candidates au concours de Miss France. Selon Mediapart, les lycéens ont suivi un parcours professionnel terrifiant.

Dans l’ombre de Miss, des lycéennes travaillaient – parfois la nuit – pour confectionner des robes pour des concours de beauté ? En tout cas, c’est ce qu’il dit La partie médiane qui, dans un article publié ce mercredi 25 janvier, dévoile les coulisses de l’événement. L’article se concentre sur la charge de travail – pour le moins – des élèves du lycée de mode et métiers Octave-Feuillet à Paris, qui devaient concevoir cinq robes pour les diplômées du concours.

Lire aussi :
Miss France est aussi “sexuelle” ? Les Prud’hommes donnent raison à la concurrence et font fuir les féministes

Lire Aussi :  Argentine - France : Les Bleus battus par les Argentins de Lionel Messi aux tirs au but (3-3, 4-2 t.a.b)

Si les lycéens ont reçu une pluie d’éloges et de félicitations pour leurs réalisations, celles-ci prouvent néanmoins les conditions de travail difficiles.

A tel point qu’avant la finale du concours de beauté, le 17 décembre, le gouvernement de Paris et l’école de médecine avaient alerté sur la grande célérité qui était exigée des étudiantes. Selon La partie médianeles lycéens devaient travailler jour et nuit, les obligeant parfois à dormir à l’intérieur de l’institution parisienne, afin de finir les vêtements et les costumes à temps.

Ainsi le gouverneur de Paris parle de la cadence de travail élevée : “Cette année, ce projet a conduit, principalement en raison des restrictions sur la distribution des matériels, à exposer certains élèves de l’établissement à la cadence de travail maintenue dans les derniers jours avant la protestation. “. Le 16 décembre, juste avant la diffusion de l’émission, le directeur de l’institut a été appelé “à ne plus faire travailler les élèves la nuit au lycée”, témoigne un membre de l’équipe pédagogique du lycée.

Lire Aussi :  la France adversaire le plus faible du Maroc ? Regragui revient sur sa sortie remarquée

Dormir “sur la table de séminaire”

Fatigue physique, pression… Pendant plusieurs semaines, les nerfs de ces lycéens, en formation, ont été mis à rude épreuve. Beaucoup d’entre eux ont même dû s’endormir “la tête appuyée sur leurs mains jointes, sur la table de l’atelier”. Reste à savoir à qui c’est la faute… Et sur cette question, ni la direction du lycée d’Octave-Feuillet, ni le rectorat de Paris n’ont voulu prendre leurs responsabilités. Du côté de la société Miss France, le producteur Frédéric Gilbert explique que “les voeux de la direction artistique pour la réalisation de ces cinq robes” ont été préparés en octobre 2022, soit 6 à 7 semaines avant le spectacle. Il explique également que ce sont les professeurs qui “définissaient le calendrier de production ainsi que les projets créatifs, selon ce qu’ils jugeaient approprié au niveau d’études des élèves dans le temps imparti”.

Lire Aussi :  Mort de Waly, 14 ans, à Paris : l’ado qui l’a poignardé condamné à sept ans de prison

Lire aussi :
Miss France 2023 : Geneviève de Fontenay souhaite “bonne chance” à Sylvie Tellier

Le ministère chargé de l’éducation et de la formation professionnelle, et l’entourage de la ministre déléguée Carole Grandjean, expliquent pour leur part ne pas avoir été informés de cette cadence de travail.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button